Le concours international d'architecture
Et le lauréat est... Snøhetta (Norvège)

Les bureaux de Snøhetta à Oslo © Marte Garman Johnsena - Lien vers le site internet de Snøhetta - ouverture d'un nouvel onglet ou d'une nouvelle fenêtre

Lancé en avril 2012, le concours international d'architecture touche à sa fin. La Communauté de l'agglomération d'Annecy a retenu le cabinet d'architecture Snøhetta pour la réalisation de son futur Centre d'Expositions, de Séminaires et de Congrès sur la presqu'île d'Albigny.

 

Les différentes phases de sélection ont permis de retenir le cabinet d'architecture norvégien Snøhetta, associé au cabinet d'architectes local Atelier Wolff & Associés, basé à Chavanod, et au bureau d'étude lyonnais Quadriplus Groupe.
Pour l'heure, le lauréat finalise sa copie préparant les images en vue d'une présentation publique du projet dans quelques semaines. Sur les 128 architectes en lice, le jury en a retenu 4 le 29 juin 2012, puis 2 le 30 novembre dernier.
En finale de la compétition, deux pointures internationales du monde de l'architecture se sont affrontées : l'anglais Rogers Stirk Harbour & Partners et le norvégien Snøhetta. Après une audition des deux équipes jeudi 24 janvier 2013, le choix s'est porté sur la proposition norvégienne.

L'intégration environnementale en ligne de mire
Fondée en 1987 à Oslo, l'agence Snøhetta compte aujourd'hui parmi les cabinets d'architecture internationaux les plus prestigieux. Ces concepteurs scandinaves, primés successivement pour la bibliothèque d'Alexandrie en Égypte et l'opéra d'Oslo en Norvège, ont une approche de l'architecture qui consiste à placer les éléments environnementaux au cœur de leurs projets.
Ainsi, l'architecture de Snøhetta cherche toujours à s'effacer devant la beauté d'un site, à servir la lisibilité et la cohérence de son environnement. Agence d'architecture, de paysagisme et de design, Snøhetta intervient non pas sur des objets mais sur des environnements, dans toutes leurs dimensions.

Des liens étroits entre l'architecture et les usagers
Composée d'une équipe de plus de 100 collaborateurs issus d'une vingtaine de nationalités, l'agence Snøhetta mise sur son éclectisme et veille en permanence à s'imprégner des éléments locaux qui l'entourent. Dans toute réalisation, les concepteurs cherchent à créer des liens entre leur architecture et les usagers. L'objectif est pour eux de répondre aux attentes du public en créant une forte interaction. La mise en scène des édifices est au cœur de leur réflexion et doit permettre selon eux aux utilisateurs et visiteurs de devenir des acteurs publics.

Palmarès de Snøhetta
» PRIX MIES VAN DER ROHE pour la construction de l'Opéra d'Oslo, bâtiment conçu comme un grand espace public dominant la ville et le fjord.
» PRIX AGA KHAN D'ARCHITECTURE pour la bibliothèque d'Alexandrie, enfouie en partie sous terre, évitant ainsi l'air conditionné par un système ingénieux de flux tournants.

Les principaux projets et réalisations de l'agence
» Europa City, complexe touristique, commercial, culturel et de loisirs pour le Grand Paris avec toiture végétalisée (France)
» Mémorial pour le 11 septembre à « Ground Zero » (New-York)
» Opéra d'Oslo (Norvège)
» Bibliothèque d'Alexandrie (Égypte)
» Centre International de l'Art Pariétal de Montignac-Lascaux (France)

 
 
 
La procédure : les principales étapes

10 bonnes raisons économiques de réaliser le Centre de Congrès


■ Il pérennisera les emplois actuels et sera créateur de nouveaux emplois non délocalisables.

■ Un touriste d'affaires dépense trois fois plus dans l'économie locale qu'un touriste de loisirs.

■ Le tourisme d'affaires s'étale de septembre à juin et permet de compléter les périodes dites « creuses » en termes de tourisme de loisirs.

■ Le tourisme d'affaires est un secteur concurrentiel. Le territoire qui n'investit pas perd des parts de marché donc des emplois. Chaque année, Annecy refuse de nombreux congrès.

■ Avec un budget de 250 millions d'euros par an, l'Agglo a les moyens de finaner cet équipement.

■ Le fonctionnement annuel du Centre de Congrès sera équilibré grâce aux recettes générées par son utilisation.

■ Un Centre de Congrès moderne est primordial pour nos entreprises locales, elles aussi organisatrices de congrès, séminaires, colloques...

■ Le secteur du tourisme est favorable à l'emploi des jeunes.

■ Investir en période de crise soutient l'économie locale.

■ Investir aujourd'hui permettra d'être encore plus compétitif au moment de la sortie de crise.

 

13 avril 2012

Délibération de la Communauté de l'agglomération d'Annecy sur le lancement du concours de maîtrise d'œuvre.

 

27 avril 2012

Publication de l'avis d'appel public à la concurrence, ainsi, la procédure du concours est officiellement engagée.
Cet avis publié permet aux potentiels candidats de connaître la nature de l'opération, d'en mesurer l'importance et la complexité, sans rentrer dans les détails du projet. Il décrit le profil des candidats recherché par la Communauté de l'agglomération d'Annecy, les critères de sélection du jury, la composition des dossiers à remettre et la procédure du concours.

 


Les étapes du concours après la publication de l'avis

 

4 juin 2012 : remise des candidatures

Les équipes souhaitant candidater ont environ un mois pour déposer un dossier administratif et technique, présentant entre autres le candidat et des références détaillées.

 

19 juin 2012 : sélection de 4 candidats

Les dossiers réceptionnés, une commission technique se réunit pour les analyser et s'assurer qu'ils sont recevables.
L'analyse est remise au jury et renseigne les éléments suivants pour chaque candidat : la composition de l'équipe, la présence ou absence des différentes pièces demandées et la recevabilité du dossier.
Le jury se réunit pour examiner chaque candidature et n'en garder que quatre. Le choix se fait par consensus ou par vote à bulletin secret. Ensuite, le jury présente aux élus du Bureau de la Communauté de l'agglomération d'Annecy les quatre candidats sélectionnés, la décision d'admission lui revenant.

 

29 juin 2012 : la phase d'élaboration des prestations par les concurrents débute

Sélectionnés, les candidats reçoivent le dossier de consultation (programme, règlement du concours, projet de contrat de maîtrise d'œuvre). Ils ont ensuite environ un mois pour examiner le dossier et poser leurs questions au maître d'ouvrage. A la fin de cette période, la Communauté de l'agglomération d'Annecy organise une visite de site et une réunion pour répondre à leurs questions. Après, les candidats ont deux mois pour élaborer leur projet.

Pour ce concours, la Communauté de l'agglomération d'Annecy demande aux candidats de remettre une « Esquisse + ». Il s'agit d'une première représentation du projet à l'échelle 1/200e restituant :
- le parti architectural choisi, en relation avec les attentes de la Communauté de l'agglomération d'Annecy ;
- l'inscription dans le site ;
- l'organisation générale des fonctions (surfaces, volumes, accès,...) ;
- le parti pris esthétique.
En plus des planches graphiques (images de façade, d'intérieur, plans,...), les équipes doivent remettre un cahier explicatif du projet et une proposition de rémunération. Ce dernier élément reste secret jusqu'à la fin de la procédure, et fait l'objet de négociations une fois le lauréat choisi.

 


Les étapes du concours après la remise des projets

 

5 novembre 2012 : le jugement des prestations (phase 1)

Remise des projets, de façon anonyme, à la Communauté de l'agglomération d'Annecy.

 

6 et 7 novembre 2012 : le jugement des prestations (phase 2)

La commission technique se réunit de nouveau pour examiner chaque projet sur les points suivants :
- l'insertion dans le site et la conformité aux règlements d'urbanisme ;
- la qualité du parti architectural et environnemental ;
- la qualité d'usage et de fonctionnement, la faisabilité technique ;
- l'économie du projet ;
- la conformité des projets par rapport à celles demandées dans le règlement.
Après cette analyse, elle rédige un rapport objectif pour les membres du jury.

 

30 novembre 2012 : la désignation du lauréat du concours de maîtrise d'œuvre

Le jury est ensuite convoqué, les esquisses lui sont exposées, pour les juger et n'en retenir qu'une seule. Le choix arrêté, un procès verbal est rédigé.
Après avoir levé l'anonymat et pris connaissance des propositions d'honoraires, la Communauté de l'agglomération d'Annecy, au vu du procès verbal du jury, désigne le lauréat du concours.

Une fois le lauréat averti, la Communauté de l'agglomération d'Annecy et le candidat négocient le montant des honoraires et le marché. La nature et l'ampleur des tâches, le mode d'organisation et les missions de chacun pour mener à bien le projet sont notamment abordés. A la fin de la négociation, s'en suivent l'attribution et la signature du marché de maîtrise d'œuvre.

 
 
 
Les 4 équipes d'architectes en compétition : qui sont-ils ?

Dominique Perrault © Rui Morais de Souza - Lien vers le site internet de Dominique Perrault Architecture - ouverture d'un nouvel onglet ou d'une nouvelle fenêtre

Dominique Perrault Architecture

Figure de l'architecture française, Dominique Perrault s'est imposé au niveau international après avoir remporté le concours de la Bibliothèque nationale de France en 1989, à l'âge de 36 ans. Ce projet d'envergure marque le point de départ de nombreuses grandes commandes telles que le Vélodrome et la Piscine Olympique de Berlin. Pour Dominique Perrault, "le matériau de l'architecture aujourd'hui, ce n'est plus inexorablement le verre, le béton, le métal mais le territoire tel qu'il existe, tel qu'on l'infiltre et tel que l'on y circule". Il a reçu de prestigieuses distinctions parmi lesquelles "la Grande Médaille d'or d'Architecture" décernée par l'Académie d'Architecture (2010), le grand prix national d'Architecture (1993) et l'Equerre d'Argent (1989).
»» Site internet de l'agence

 


 

Équipe Patriarche & Co - Lien vers le site internet de Patriarche & Co - ouverture d'un nouvel onglet ou d'une nouvelle fenêtre

Patriarche & Co

Patriarche & Co est installée au Bourget-du-Lac en Savoie où démarre la conception de tous les projets. Le développement se fait ensuite dans les agences "satellites" de Paris ou de Lyon. Jean-Loup Patriarche a entrepris ses études à l'École Spéciale d'Architecture à Paris et a obtenu son diplôme DESA en 1980. Il devient Président Directeur Général de la SAS Patriarche & Co en 1985 et développe l'agence et sa structure sur un modèle anglo-saxon fortement inspiré par l'architecture de Frank Lloyd Wright. Il développe un style empreint de légèreté et un intérêt marqué pour les démarches HQE (Haute Qualité Environnementale). Garant de la ligne architecturale de l'agence, Jean-Loup Patriarche intervient sur chacun des projets et coordonne le travail d'équipe. Le cabinet a conçu "Le Phare" à Chambéry ou les bureaux de la Chambre de Commerce et d'Industrie à Annecy.
(Mandataire : Patriarche & Co ; Architectes associés : Brière & Brière).
»» Site internet de l'agence

 


 

Équipe Richard Rogers, Ivan Harbour et Graham Stirk - Lien vers le site internet de Rogers Stirk Harbour & Partners - ouverture d'un nouvel onglet ou d'une nouvelle fenêtre

Rogers Stirk Harbour & Partners

Rogers* Stirk Harbour & Partners est un cabinet d'architecture anglais, créé en 2007, basé à Londres avec également des agences à Madrid, Tokyo et Sydney. Le cabinet emploie environ 160 personnes. Grâce à des liens étroits avec les grandes universités d'Europe et des États-Unis, à la prise en charge de jeunes architectes et au développement d'une culture permanente de l'apprentissage, le cabinet s'est forgé une réputation exemplaire d'organisation évolutive et humaniste. La philosophie adoptée s'appuie sur la création d'espaces publics pour rajeunir et dynamiser les centres villes. Tous les projets d'aménagement urbain de l'agence s'articulent autour de l'importance d'un espace urbain vibrant. La durabilité a toujours été un des grands moteurs ayant orienté l'approche de leur conception. Chaque projet répond directement à son environnement et doit tenir compte des défis que présentent l'utilisation énergétique et l'impact environnemental, tout en étant économiquement et socialement viables. Le cabinet a conçu un large éventail de bâtiments, dont le centre Pompidou à Paris (avec Renzo Piano) et récemment "Les Arenas" de Barcelone.
* Richard Rogers est lauréat en 2007 du prix Pritzer, équivalent du prix Nobel pour l'architecture.
»» Site internet de l'agence

 


 

Les bureaux de Snøhetta à Oslo © Marte Garman Johnsena - Lien vers le site internet de Snøhetta - ouverture d'un nouvel onglet ou d'une nouvelle fenêtre

Snøhetta

Snøhetta est une agence norvégienne d'architecture basée à Oslo. Craig Dykers et Kjetil Thorsen Trædal en sont les deux directeurs et principaux architectes. L'entreprise a reçu le prix Aga Khan d'architecture en 2004 pour la Bibliotheca Alexandrina et le prix de l'Union européenne pour l'architecture contemporaine Mies van der Rohe en 2009 pour l'Opéra d'Oslo. Elle est aussi connue pour le musée d'art de Lillehammer et une partie du Mémorial du World Trade Center. Snøhetta a développé sa réputation en maintenant une relation forte entre paysage et architecture dans tous ses projets. Le site et le contexte de chaque projet sont considérés comme uniques et fournissent le point de départ pour la conception et le design architectural. Snøhetta accorde une grande importance à l'éthique, l'éco-responsabilité et le développement durable. Pour atteindre une architecture de haute qualité et environnementalement responsable, Snøhetta ré-évalue constamment des acquis et privilégie la recherche, l'innovation et la créativité pour découvrir de nouvelles solutions techniques et durables.
»» Site internet de l'agence

 
 
 
10 bonnes raisons économiques de réaliser le Centre de Congrès

■ Il pérennisera les emplois actuels et sera créateur de nouveaux emplois non délocalisables.

■ Un touriste d'affaires dépense trois fois plus dans l'économie locale qu'un touriste de loisirs.

■ Le tourisme d'affaires s'étale de septembre à juin et permet de compléter les périodes dites « creuses » en termes de tourisme de loisirs.

■ Le tourisme d'affaires est un secteur concurrentiel. Le territoire qui n'investit pas perd des parts de marché donc des emplois. Chaque année, Annecy refuse de nombreux congrès.

■ Avec un budget de 250 millions d'euros par an, l'Agglo a les moyens de finaner cet équipement.

■ Le fonctionnement annuel du Centre de Congrès sera équilibré grâce aux recettes générées par son utilisation.

■ Un Centre de Congrès moderne est primordial pour nos entreprises locales, elles aussi organisatrices de congrès, séminaires, colloques...

■ Le secteur du tourisme est favorable à l'emploi des jeunes.

■ Investir en période de crise soutient l'économie locale.

■ Investir aujourd'hui permettra d'être encore plus compétitif au moment de la sortie de crise.